poésies scolaires
Taka'réciter les dernières poésies
Poèmes pour enfants
 
 
  poésie scolaire  
Accueil poésies  
Recherche  
Poésies récentes  
   
Liste par rubrique  
Liste par titre  
Liste par auteur  
   
   
   
 
 
     
  sortie de poésie  
Takatrouver  
     
Nous écrire Mentions Légales Plan du site

S'identifier
Voici les dernières poésies

Conseils donnés par une sorciére

Retenez-vous de rire

dans le petit matin !

 

N’écoutez pas les arbres

qui gardent le chemin !

 

Ne dites votre nom

à la terre endormie

qu’après minuit sonné !

 

A la neige, à la pluie

ne tendez pas la main !

 

N’ouvrez votre fenêtre

qu’aux petites planètes

que vous connaissez bien !

 

Confidence pour confidence :

vous qui venez me consulter,

méfiance, méfiance !

 

On ne sait pas ce qui peut arriver.

 

 

Jean Tardieu


BONJOUR

Bonjour,

 

 

 

 

 

Bonjour, c’est l’enfant de chaque matin

 

 

Qui nous permet de se serrer la main.

 

 

On a la joie de le rencontrer sur le chemin et

 

 

Dans notre cœur, il chante son refrain.

 

 

 

 

 

Bonjour, ça fait oublier les chagrins

 

 

Et avec lui on prépare le lendemain

 

 

Tout joyeux et serein

 

 

Il jaillit du temps qui marche sans fin.

 

 

 

 

 

Bonjour, ça donne de la joie

 

 

Quand on sort de chez soi

 

 

Et ce mot réconforte quand il fait froid car parfois

 

 

Sous le fardeau on ploie.

 

 

 

 

 

Bonjour, c’est très bon pour le cœur

 

 

Où la solitude verse des pleurs.

 

 

Ça lui apporte un peu de chaleur

 

 

En lui faisant espérer que viendra le bonheur.

 

 

 

 

 

Bonjour s’écrit tout simplement

 

 

Se prononce naturellement

 

 

On doit être poli évidemment

 

 

Bonjour, il faut l’entendre quotidiennement.

 

 

 

 

 

Serge Léonard

 

 

 

 

 


Source du bonheur





À ma source d'inspiration ,

Celle qui génère toute cette imagination .



Un peu de moi un peu de toi ,

Puis des couleurs çà et là .



Toutes ces années elle m'a chéri ,

Elle m'a aimé sans aucun répit .



Cette femme incroyable que j'appelle Maman ,

Mon altesse royale devrais-je dire par moments .



Pour avoir conçu mon petit corps ,

Merci , merci encore .




L’écureuil et la feuille

Un écureuil, sur la bruyère,
Se lave avec de la lumière.

Une feuille morte descend,
Doucement portée par le vent.

Et le vent balance la feuille
Juste au dessus de l’écureuil ;

Le vent attend, pour la poser,
Légèrement sur la bruyère,

Que l’écureuil soit remonté
Sur le chêne de la clairière

Où il aime à se balancer
Comme une feuille de lumière.



C'est toi qui m'a mis au monde

Tu m'as bercée depuis que je suis née

Tu m'as soignée, fait oppérer

Tu m'as élevée, bien éduquée

Tu m'as grondée, étant énervée je me suis emportée

J'aimerai te pardonner pour quand tu m'as grondée 

Et te remercier pour le plaisir partagé.

 

Merci, merci beaucoup


A l'école
A l'école,
On bricole,
On met des  banderoles,
Sur l'orèole.

On voit les copains,
On mange du pain,
Il y a un sapin,
C'est un pin.

On voit des abeilles,
Elles s'appellent toutes Mireille,
Et font toute du miel,
Avec leurs ailes.

Pour mon papa
Mon papa aimé, mon papa à moi,
Toi qui me fais bondir
Sur tes genoux
Comme un chamois,
Que pourrais-je te dire
Que tu ne sais déjà ?
Il fait si doux
Quand ton sourire
Eclaire tout sous notre toit.
Je me sens fort, je me sens roi,
Quand je marche à côté de toi.

La devinette
Oh ! Papa ! Toi qui sais tout
Toi qui lis dans tous les livres
Et même dans le journal,
Où les lettres sont si fines,
Oh, Papa ! Devine ! Devine !
Ses yeux sont deux billes de verre,
Ses oreilles, feuilles de chou,
Il a mis la peau de son père
Avec son nez en caoutchouc
Il fait peur aux petits enfants
Qu'est-ce que c'est ?
C'est l'éléphant !
Il dit tout ce qu'on lui fait dire
Il est vert. Il parle du nez.
Il nous demande avec colère
Si nous avons bien déjeuné
Oh ! Père, tu le reconnais ?
C'est un père, le perroquet !

LE VENT
Souffle, souffle le vent
Souffle sur les arbres
De mon champ.
Ecris-moi une mélodie
Pour que je la lise dans mon lit.
Et m'endorme, doucement..
En faisant des rêves d'enfants.

Anaïs

Regarde-moi ...

Fini les dipustes interminables,

Au revoir la violence,

Bonjour l'innoncence,

Raye les mots du passé,

Et regarde devant-toi,

Je suis là,

Moi, ta meilleure amie,

Ta confidente,

Et pas ton objet !


Réunion de Famille

Ma mère Isabelle

vient de La Rochelle

avec une mirabelle

Ma grand-mère Annie

vient de Tunisie

sur un cheval gris

Mon grand-père Henri

vient de Mongolie

assis sur un pissenlit

Mon chat Nougat

vient du Sahara

a petit pas

Mais tante Nathalie

vient d'Italie

avec des spaghettis

KEMPFER Pauline


L'automne

 

 

L'automne est un temps malfaisant

Quand tu fais tes adieux il t'emporte

Dans un vent rugueux rarement joyeux .

De petits bruits d'oiseaux emportent l'eau

Du ruisseau , mais ils n'arrivent jamais

A traverser le torrent crépitant de rumeurs bourrées de ranceurs .

Finalement les soupçons éclatent comme

Un gros ballon .Et quand à l'automne rien ne m'étonne .

                                                                                   Manon Schlauder


Un papa

Un papa rapluie

Qui me fait un abri

Quand j'ai peur de la nuit.

 

Un papa ratonnerre

Je ne sais pas quoi faire

Quand il est en colère

 

Un papa rasol

Avec qui je m'envole

Quand il rigole

 

Un papa tout court

Que je fête en ce jour

Avec tout mon amour.

 Pierre Ruaud


En sortant de l'école

En sortant de l'école
nous avons rencontré
un grand chemin de fer
qui nous a emmenés
tout autour de la terre
dans un wagon doré

Tout autour de la terre
nous avons rencontré
la mer qui se promenait
avec tous ses coquillages
ses îles parfumées
et puis ses beaux naufrages
et ses saumons fumés

Au-dessus de la mer
nous avons rencontré
la lune et les étoiles
sur un bateau à voiles
partant pour le Japon
et les trois mousquetaires
des cinq doigts de la main
tournant ma manivelle
d'un petit sous-marin
plongeant au fond des mers
pour chercher des oursins


Revenant sur la terre
nous avons rencontré
sur la voie de chemin de fer
une maison qui fuyait
fuyait tout autour de la Terre
fuyait tout autour de la mer
fuyait devant l'hiver
qui voulait l'attraper

Mais nous sur notre chemin de fer
on s'est mis à rouler
rouler derrière l'hiver
et on l'a écrasé
et la maison s'est arrêtée
et le printemps nous a salués

C'était lui le garde-barrière
et il nous a bien remerciés
et toutes les fleurs de toute la terre
soudain se sont mises à pousser
pousser à tort et à travers
sur la voie du chemin de fer
qui ne voulait plus avancer
de peur de les abîmer

Alors on est revenu à pied
à pied tout autour de la terre
à pied tout autour de la mer
tout autour du soleil
de la lune et des étoiles
A pied à cheval en voiture
et en bateau à voiles.

 

Jacques Prevert


Rêve d'automne

Salut ! bois couronnés d'un reste de verdure !
Feuillages jaunissants sur les gazons épars !
Salut, derniers beaux jours ! le deuil de la nature
Convient à la douleur et plaît à mes regards !

Je suis d'un pas rêveur le sentier solitaire,
J'aime à revoir encore, pour la dernière fois,
Ce soleil pâlissant, dont la faible lumière
Perce à peine à mes pieds l'obscurité des bois !

Oui, dans ces jours d'automne où la nature expire,
A ses regards voilés, je trouve plus d'attraits,
C'est l'adieu d'un ami, c'est le dernier sourire
Des lèvres que la mort va fermer pour jamais !

Ainsi, prêt à quitter l'horizon de la vie,
Pleurant de mes longs jours l'espoir évanoui
Je me retourne encore et d'un regard d'envie
Je contemple ses biens dont je n'ai pas joui !

Peut-être l'avenir me gardait-il encore
Un retour de bonheur dont l'espoir est perdu ?
Peut-être dans la foule, une âme que j'ignore
Aurait compris mon âme et m'aurait répondu ? ...

La fleur tombe en livrant ses parfums au zéphyr ;
A la vie, au soleil, ce sont là mes adieux ;
Moi, je meurs et mon âme au moment qu'elle expire,
S'exhale comme un son triste et mélodieux.

Alphonse de Lamartine


A mon Papa

J' écris le mot agneau

et tout devient frisé

la feuille de bouleau

la lumière des prés

 

J' écris le mot forêt

et le vent devient branche

un écureuil se penche

et me parle en secret

 

Mais si j' écris Papa

et tout me devient caresse

le monde me berce

en chantant dans ses bras

 


L'étoile

Elle dormira quand le soleil se lèvera ,

C'est mon étoile,c'est mon étoile...

Mais quand je me lève ,

C'est le soleil qui m'éclaire...

Reviendra-t-elle se soir ,

A-t-elle fait un cauchemar ?

Papa dit que ma bonne étoile se réveillera quand la nuit reviendra.

                                                                                           Claire.


L'homme et la mer de Charles Baudelaire

L'homme et la mer

de Charles Baudelaire

Homme libre toujours tu chériras la mer

La mer est ton miroir, tu contemples ton âmes

Dans le déroulement infini de sa lame

Et ton esprit n'est pas un gouffre moins amer

Tu te plais à plonger au sein se son image

Tu l'embrasse des yeux, et des bras, et ton coeur

Se distret quelquefois de sa propre rumeur

Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage

Vous êtes tous les deux ténébreux et discret

Homme, nul n'a sondé le sondé le fond des abîmes

Ô mer, nul ne connaît tes richesses intîmes

Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets

Et cependant voilâ des siècles innonbrables

Que vou vous combatez sans pitié ni remorts

Tant vous aimez le carnage et la mort

Ô luteurs éternels, Ô frères implacables


La source

Tout au long de l'année

Me parle cette source

En janvier enneigée,

En février gelée,

En mars encore boueuse,

En avril chuchotante

En mai garnie de fleurs,

En juin toute tiédeur,

En juillet endormie,

En août presque tarie,

En septembre chantante,

En octobre dorée,

En novembre frileuse

En décembre glacée.

C'est toi, petite source,

Le coeur de la forêt !

LOUIS GUILLAUME


La chanson des marins hâlés

La chanson des marins hâlés

ils sont partis en mer , ils ne reviendront plus et puis , s'ils revenait les reconaitrez-vous ?

La mer les a masqués avant de vous les rendre.

On ne sait

s'ils sourient ou s'ils pleurent sous leur hâle

Et il n'ont plus leur âme , elle est restée en mer.

Que la mer

est ardente, ampressé au butin

ils ne reviendront plus , ils ont choisis la mer

et puis , s'ils revenaient saraient-ils reconnus ?

Paul Fort

 



Articles suivants 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 Articles Précédents