poésies scolaires
Taka'réciter les dernières poésies
Poèmes pour enfants
 
 
  poésie scolaire  
Accueil poésies  
Recherche  
Poésies récentes  
   
Liste par rubrique  
Liste par titre  
Liste par auteur  
   
   
   
 
 
     
  sortie de poésie  
Takatrouver  
     
Nous écrire Mentions Légales Plan du site

S'identifier
Voici les dernières poésies

Qui pleut ?

Il pleut
Qui ça « il » ?
La langue est pleine de fantômes
de trolls
de gnomes
et de sibylles

SAUVE QUI PEUT

Oui mais qui ?
Qui peut ?
Qui peut et
Qui pleut ?
C'est l'éternel dilemme
On peut d'ailleurs se demander
si ça ne pourrait pas être le même
qui ferait les deux !
Pourquoi celui qui pourrait pouvoir
ne pourrait-il aussi
pleuvoir ?
D'ailleurs mieux vaut franchement poser le problème ?

Qui peut et Qui pleut sont dans un bateau
Qui pleut...
C'est déjà de l'eau
mais
Qui peut
Qui peut tombe à l'eau
Qu'est-ce qui reste ?
Qui reste !
Oui mais qui est-ce ?
Qui est-ce
qui reste ?
Et puis dans ces cas-là je vous demande un peu
Qui sauve qui ?
Qui sauve Qui peut ?

Qui pleut ?
Qui reste ?

Le problème est complexe

En fait tout s'arrangerait pour le mieux
sauf
sauf qu'y pleut !
La vie est bizarre
il y a toujours quelque chose
qui ne va pas
quelque part

extrait "Les mots qui penchent", Philippe Garnier

proposée par Takatrouver

Demain, dès l’aube…

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.
Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Victor Hugo, «Les Contemplations»

proposée par Takatrouver

Le fantôme

Gling gling
dans les couloirs
du vieux manoir

gling gling
vit le fantôme
du sieur Guillaume.

gling gling
ça fait mille ans
que l'on entend

gling gling
son cliquetis
toutes les nuits.

que cherche-t-il
un brin de fil
pour repriser
son drap troué

Corinne Albaut

proposée par mirabelle2004

Cantiléne de Noël

Le vieux Noël dont l’œil luit
En Décembre
Dans la chambre
Le vieux Noël dont l’œil luit
Rentre chez nous vers minuit
Sans bruit.

De glaçons il est vêtu
Pendeloques et breloques
De glaçons il est vêtu
Et porte un chapeau pointu.

On aperçoit sur son dos
Une hotte qui ballotte
On aperçoit sur son dos
Un tas de jolis cadeaux.

C'est pour les petits garçons
Pour les filles
Bien gentilles
C'est pour les petits garçons
Qui dorment dans les maisons.

Alphonse Gaud

proposée par Na-An-(l)

Le ski

Un garçon glissant sur ses skis,
disait : "Ah ! le ski, c'est exquis,
je me demande bien ce qui
est plus commode que le ski."
Comme il filait à toute allure,
un rocher se dressa soudain.
Ce fut la fin de l'aventure.
Il s'écria, plein de dédain :
"Vraiment, je ne suis pas conquis,
je n'ai bu ni vin, ni whisky
et cependant, je perds mes skis.
Non, le ski, ce n'est pas exquis."
Lorsqu'une chose nous dérange,
Notre avis change.

proposée par couscous

Sonner les saisons...

Sonner les Saisons !
Par ...
Le jour brûle comme une chandelle
Le vent siffle fort sans cesse
Les nuages vifs flottent dans l’air
L’été sonne sa dernière cloche
L’odeur des pluies s’approche vite
Les feuilles orange tombent en grand nombre
Les nuages deviennent gris est blanche
L’automne elle sonne sa dernière cloche
Le climat tombe vers le bas
Les enfants patinent sur Lac Huron
Les nuages passe des flocons blanche
L’Hiver elle sonnent sa dernière cloche
Les oiseaux vole vers le nord
Les feuilles vertes poussent des arbres immense
Les nuages ouvrent le rideau au soleil
La Cloche sonnent le cycle a renouvelé

proposée par sierrawigs

L'école des sorcières

A l'école des sorcières
On apprend les mauvaises manières
D'abord ne jamais dire pardon
Etre méchant et polisson
S'amuser de la peur des gents
Puis détester tous les enfants

A l'école des sorcières
On joue dehors dans les cimetières
D'abord à saute-crapauds ou au jeux des gros mots
Puis on s'habille de noir
Et l'on ne sort que le soir

A l'école des sorcières
On apprend des formules entières
D'abord des mots très rigolos
Comme Chilbernique ou Carlingo
Puis de vrais formule magiques
Et là il faut que l'on s'applique

Jacqueline Moreau

proposée par ariane974

Gai, l'hiver triste.

Roule boule,
Tombez flocons...
Dans la cour de l'hiver triste,
C'est la mauvaise saison.

Roule boule,
Nez carotte, œil charbon...
Les bonshommes de neiges se dressent
A la porte des maisons.

Roule, boule,
Dansez en rond...
Avant qu'ils ne s'évanouissent
Quand les beaux jours reviendront.

Didier Dufresne

proposée par ClauSouricette

L'école

Dans notre ville, il y a
Des tours, des maisons par milliers,
Du béton, des blocs, des quartiers,
Et puis mon cœur, mon cœur qui bat
Tout bas.

Dans mon quartier, il y a
Des boulevards, des avenues,
Des places, des ronds-points, des rues,
Et puis mon cœur, mon cœur qui bat
Tout bas.

Dans notre rue, il y a
Des autos, des gens qui s'affolent,
Un grand magasin, une école.
Et puis mon cœur, mon cœur qui bat
Tout bas.

Dans cette école, il y a
Des oiseaux chantant tout le jour
Dans les marronniers de la cour.
Mon cœur, mon cœur, mon cœur qui bat
Est là.
Jacques CHARPENTREAU

proposée par julien-456

Noël des enfants du monde

Enfant de Palestine, ou enfant d’Israël
d'Amérique ou de chine, en ce jour de Noël
Que ton regard se pose, sur la terre ou le ciel
Ne retiens qu'une chose, il faut croire à Noël

Matin couleur de cendre, ou matin d'arc-en-ciel
Qu'importe il faut attendre en ce soir de Noël
Que les fusils se taisent et répondent à l'appel
De cette parenthèse, qui s'appelle Noël

Enfant de Palestine, ou enfant d’Israël
d'Amérique ou de Chine, en ce jour de Noël
Que ton regard se pose, sur la terre ou le ciel
Ne retiens qu'une chose, il faut croire à Noël
Un jour viendra peut-être, un jour au gout de miel
Ou l'on verra paraître un oiseau dans le ciel
Aux plumes de lumières un oiseau éternel
Colombe pour la terre, un oiseau de Noël

Enfant de Palestine, ou enfant d’Israël
d'Amérique ou de Chine, en ce jour de Noël
Que ton regard se pose, sur la terre ou le ciel
Ne retiens qu'une chose, il faut croire à Noël (X3)

Chanson, Jacques Lafont 1987

proposée par Laurine26

Pour faire le portrait d'un oiseau

avec une porte ouverte

peindre ensuite

quelque chose de joli

quelque chose de simple

quelque chose de beau

quelque chose d'utile

pour l'oiseau

Placer ensuite la toile contre un arbre

dans un jardin

dans un bois

ou dans une forêt

se cacher derrière l'arbre

sans rien dire

sans bouger...

Parfois l'oiseau arrive vite

mais il peut aussi bien mettre de longues années

avant de se décider

Ne pas se décourager

attendre

attendre s'il le faut pendant des années

la vitesse ou la lenteur de l'arrivée

de l'oiseau n'ayant aucun rapport

avec la réussite du tableau

Quand l'oiseau arrive

s'il arrive

observer le plus profond silence

attendre que l'oiseau entre dans la cage

et quand il est entré

fermer doucement la porte avec le pinceau

puis

effacer un à un les barreaux

et ayant soin de ne toucher aucune des plumes

del'oiseau

faire ensuite le portrait de l'arbre

en choisissant la plus belle de ses branches

pour l'oiseau

peindre aussi le vert feuillage et la fraîcheur du vent

la poussière du soleil

et le bruit des bêtes de l'herbe dans la chaleur de l'été

et puis attendre que l'oiseau se décide à chanter

Si l'oiseau ne chante pas

c'est mauvais signe

mais s'il chante c'est bon signe

signe que vous pouvez signer

alors vous arrachez tout doucement

une des plumes de l'oiseau

et vous écrivez votre nom dans un coin du tableau 


proposée par Laurine26

La pomme et l'escargot

Il y avait une pomme
à la cime d'un pommier
un grand coup de vent d'automne
la fit tombée sur le pré
-Pomme,pomme t'es tu fais mal
-J'ai le menton en marmelade
L’œil fendu et le nez poché
Elle tomba qu'elle dommage
sur un petit escargot
qui s'en allais au village
sa demeure sur le dos
-Ah!stupide créature
Dit l'animal cornu
-Tu as défoncé ma toiture
et me voici faible et nu
Dans la pomme à demi blête
L'escargot comme un gros ver
Ronga creusa sa chambrette
afin d'y passer l'hiver

Charles Vildrac

proposée par Enfant

Le tableau

Le tableau

Peignez un tableau

Très rigolo,

Trempez le pinceau

Dans l'eau.

Peignez la terre, les mers,

Des arbres qui ne sont pas verts,

Des drôles d'oiseaux

Ou des bêtes en colère.

Encadrez le tableau

Avec des planches en bois,

C'est pas grave si c'est pas droit.

Et accrochez-le très haut

Sur votre toit s'il le faut

Ou celui du clocher

On va bien rigoler!

                                                  Dorian Erb


proposée par dorianerb

La pendule

Je suis la pendule, tic!

Je suis la pendule, tac!

On dirait que je mastique

Du mastic et des moustiques

Quand je sonne et quand je craque

Je suis la pendule, tic!

Je suis la pendule, tac!

J’avance ou bien je recule

Tic-tac, je suis la pendule,

Je brille quand on m’astique,

Je ne suis pas fantastique

Mais je connais l’arithmétique,

J’ai plus d’un tour dans mon sac,

Je suis la pendule, tic!

Je suis la pendule, tac!                                   Pierre Gamarra


proposée par Laurine26

Le lion et le rat

Il faut, autant qu'on peut, obliger tout le monde :
On a souvent besoin d'un plus petit que soi.
De cette vérité deux Fables feront foi,
Tant la chose en preuves abonde.
Entre les pattes d'un Lion
Un Rat sortit de terre assez à l'étourdie.
Le Roi des animaux, en cette occasion,
Montra ce qu'il était, et lui donna la vie.
Ce bienfait ne fut pas perdu.
Quelqu'un aurait-il jamais cru
Qu'un Lion d'un Rat eût affaire ?
Cependant il advint qu'au sortir des forêts
Ce Lion fut pris dans des rets,
Dont ses rugissements ne le purent défaire.
Sire Rat accourut, et fit tant par ses dents
Qu'une maille rongée emporta tout l'ouvrage.
Patience et longueur de temps
Font plus que force ni que rage.


proposée par Laurine26

La colombe et la fourmie

Le long d'un clair ruisseau buvait une Colombe,
Quand sur l'eau se penchant une Fourmi y tombe.
Et dans cet océan l'on eût vu la Fourmi
S'efforcer, mais en vain, de regagner la rive.
La Colombe aussitôt usa de charité :
Un brin d'herbe dans l'eau par elle étant jeté,
Ce fut un promontoire où la Fourmi arrive.
Elle se sauve ; et là-dessus
Passe un certain Croquant qui marchait les pieds nus.
Ce Croquant, par hasard, avait une arbalète.
Dès qu'il voit l'Oiseau de Vénus
Il le croit en son pot, et déjà lui fait fête.
Tandis qu'à le tuer mon Villageois s'apprête,
La Fourmi le pique au talon.
Le Vilain retourne la tête :
La Colombe l'entend, part, et tire de long.
Le soupé du Croquant avec elle s'envole :
Point de Pigeon pour une obole.   


proposée par Laurine26

Sur ma route

[Refrain] x2
Sur ma route oui il y a eu du move oui, de l'aventure dans le movie
Une vie de roots
Sur ma route oui, je ne compte plus les soucis, de quoi devenir fou oui
Une vie de roots

[Pont] x4
Sur ma route

[Couplet 1]
Sur ma route
J'ai eu des moments de doute
J'marchais sans savoir vers où
J'étais têtu rien à foutre
Sur ma route
J'avais pas de bagages en soute
Et dans ma poche pas un sous
Juste la famille entre nous
Sur ma route il y a eu un tas de bouchons
La vérité j'ai souvent trébuché
Est-ce que tu sais que quand tu touches le fond
Il y a peu de gens chez qui tu peux te réfugier
Tu peux compter que sur tes chers parents
Parce que les amis, eux, disparaissent un par un
Oui il m'arrive d'avoir le front au sol
Parce que Dieu est grand, et si on est seul on meurt seul

[Refrain] x2

[Pont] x4

[Couplet 2]
Sur ma route
On m'a fait des coups en douce
L'impression qu'mon cœur en souffre
Mais je suis sous anesthésie
Sur mon ch'min
J'ai croisé pas mal d'anciens
Ils me parlaient du lendemain
Et que tout allait si vite
Ne me parle pas de nostalgie
Parce que je t'avoue que mon cœur est trop fragile
Je suis comme un pirate naufragé
Oui mon équipage est plus qu'endommagé
Je sèche mes larmes, je baisse les armes
J'veux même plus savoir pourquoi ils me testent les autres
Si y a plus rien a prendre je sais qu'il me reste une chose
Et ma route elle est trop longue pas le temps de faire une pause

[Refrain] x2

[Pont] x6

[Refrain] x2  [Pont] x4

    Black M        


proposée par Laurine26

La poésie des jours

La poésie du lundi
Mardi je la lis
Mercredi je l'oublie
Jeudi je la dis
Vendredi aussi
Samedi je la crie
Dimanche j'en change

Joel Sadeler

proposée par maurine

Pour maman

Maman je t'offre ma poésie
Pour t'écrire que je t'aime.
Que tu me grondes , que tu me souries
Tu es ma maman chérie.
Quand j'ai besoin de toi,
Je sais que tu es toujours là.

Je t'embrasse mille fois.
Tous mes mots te disent :
Bonne fête Maman !
Tous mes mots t'écrivent :
Je t'aime tant !

proposée par Enfant

Nous,à l'école,on est heureux

Quand le ciel est gris,tant pis
Quand le ciel est bleu tant mieux
On étudie des majuscules,
Des poésies et des calculs.
Avec de l'eau et des couleurs,
On peint l'auto du directeur.
On a moins ri quand le hamster
A démoli le dictionnaire
Nous, à l'école, on prend le temps
De s'amuser en travaillant

Pierre Corran

proposée par maurine