Voici la poésie:
 
 
   
Accueil poésies  
Recherche  
Poésies récentes  
   
Liste par rubrique  
Liste par titre  
Liste par auteur  
   
   
   
 
 
     
   
Takatrouver  
     
Nous écrire Mentions Légales Plan du site

S'identifier
poésie trouvée

A l'ombre d'un marronnier

Un vaillant chêne en un été

avait pondu dix mille glands

qui glandouillaient gland gland gland

à qui naîtrait demain dans l'herbe...

 

Non loin de lui un marronnier

n'avait réussi qu'un marron

qui devint vite un avorton

cerné par deux cents menus chênes.

 

Mais l'an d'après quand vint l'été

le marronnier reprit vigueur

et déployant son plafonnier

vite étouffa sous sa touffeur

tous ces intrus mal aérés

afin de semer ses marrons

tonton tontaine et re tonton.

 

Pierre Béarn