Voici la poésie:
 
 
   
Accueil poésies  
Recherche  
Poésies récentes  
   
Liste par rubrique  
Liste par titre  
Liste par auteur  
   
   
   
 
 
     
   
Takatrouver  
     
Nous écrire Mentions Légales Plan du site

S'identifier
poésie trouvée

UN MATIN

Dès le matin, par mes grands-routes coutumières

Qui traversent champs et vergers,

Je suis parti clair et léger,

Le corps enveloppé de vent et de lumière.

Je vais, je ne sais où. Je vais, je suis heureux !

C'est fête et joie en ma poitrine;

Que m'importent droits et doctrines !

Le caillou sonne et luit sous mes talons poudreux;

Les bras fluides et doux des rivières m'accueillent;

Je me repose et je repars,

Avec mon guide : le hasard,

Par des sentiers sous bois dont je mâche les feuilles.

Pour la première fois, je vois les vents vermeils

Briller dans la mer des branchages,

Mon âme humaine n'a point d'âge;

Tout est jeune, tout est nouveau sous le soleil.

J'aime mes yeux, mes bras, mes mains, ma chair, mon torse

Et mes cheveux amples et blonds,

Et je voudrais, par mes poumons,

Boire l'espace entier pour en gonfler ma force.

Emile Verhaeren