Histoire illustrée
La cabane des enfants sur internet
Histoire illustrée
 
 
   
Histoires illustrées  
Recherche  
Histoires récentes  
   
Liste par rubrique  
Liste par titre  
Liste par auteur  
   
   
   
 
     
  sortie de Histoire illustrée  
Takatrouver  
     
Nous écrire Mentions Légales Plan du site

S'identifier
Tu aimes lire voici des histoires en ligne :

Le conte inachevé (début de l'histoire)

C'était l'hiver, l'hiver qui tremblait à gros flocons de neige tombant en silence
dans la claisière et la forêt .
Comme de petites houpettes de coton les flocons se rangeaient sagement
les unes près des autres, puis s'entassaient ensuite en une nouvelle couche .
Et jeu à jeu, l'épaisseur... s'épaississait, le silence se faisait plus... silencieux
et le froid plus froid, coupant comme un sabre de cuirassier !
Au loin de la clairière, non loin du grand chêne qui étirait ses branches tortueuses
comme de gros serpents, était plantée une maison de bois .
De gros rondins formaient les murs percés de petites fenêtres d'où s'échappait
une lumière dorée à reflets orangés .
Cette lumière semblait danser contre les vitres bleuies par le froid, preuve qu'il y
avait du feu dans la maison et, sans doute ,quelqu'un qui y vivait.
D'ailleurs on voyait passer , pafois ,une ombre entre les flammes et la fenêtre dont
les petits carreaux pleuraient ,à l'extérieur,une neige amollie par la chaleur du foyer.

Si vous étiez un petit écureuil, animal curieux à la queue en panache, vous auriez
pu, par petits bonds, vous approcher et glisser un regard à l'intérieur.Et vous auriez
vu, tout de suite, que cette histoire ne se passe pas à notre époque.
-Pourquoi ; me diriez-vous. Mais parce qu'il n'y avait ni poste de télévision, ni
ordinateur, ni radio, ni C Dni...en fin rien de de se que nous venons d'inventer :
pas de four micro-onde ou a gaz mais le feu qui pétillait, à l'aise dans sa cheminée
de pierre ; pas de casserolles «en alu» mais une rangée de plats et de récipients de
cuivre qui brillaient comme des casques de pompier !
Et au milieu de tout ça un petit garçon – ou petite fille, car on ne voyait pas bien de
l'exterieur à cause de la buée allait et venait préparant  une bonne soupe dont l'odeur
appétisante se glissait entre les rondins et chatouillait les narines, me diriez-vous.
Bien sûr c'est une façon de parler; mais...allez donc savoir!Tout ça pour vous dire que
ça sentait rulement bon!
En tout cas le petit chat gris,perché sur une chaise basse, hunait,lui aussi,l'audeur
alléchaute,en sortant,parfois,sa petite langue rose.

*
Soudain le petit garçon /ou la petite fille / ,   dressa L'oreille, lâcha frusquement
l'écumoire qui fit «plouf « dans le boiullonen aspergeant les bûche qui grésillésent
« tss tss tss tssss ,et attrapant  son cache-nez rouge il se précipita dehors comme un fou.
Pourquoi ???
Quel bruit fantastique, quel épouventable cri d'animal, quel craquement affreux, quelle
lueur sinistre avait-il entendu ou vu ?
Je n'en sais rien. Mais vous qui savez tout (hum), ou presque,
VOUS ALLEZ ME LE DIRE. A VOS CRAYONS! ECRIVEZ LA SUITE. JE VOUS ECOUTE!...

Jean Bernadac                                                                                                                                                                                                                               
Cette histoire est le point de départ pour des enfants de Cycle 3 d'un congrès de jeunes écrivains.
Chaque classe du secteur de Sablé-sur-Sarthe (72) a inventé une suite et devait lors du congrès mettre en scène leur histoire.

A toi de lire les différentes suites...